Formaldéhyde et renouvellement de l’air intérieur

Qu’est-ce que le formaldéhyde ?

Le formaldéhyde est un produit génotoxique et un irritant de l’appareil respiratoire et des muqueuses oculaires. En 2004, le centre international de recherche sur le cancer l’a classé cancérogène certain pour l’homme (groupe 1). Les principales sources d’émission sont les produits de construction, de décoration et d’ameublement (plus particulièrement les panneaux de particules), les produits domestiques (produits nettoyants, peintures, vernis, colles, cosmétiques…) et les combustions sous toutes leurs formes : cuisinières, chaudières, cheminées d’agrément ainsi que le tabagisme ou l’utilisation d’encens.

En Octobre 2009, le Haut Conseil de la Santé Public (HCSP) propose de fixer pour les bâtiments existants, privés ou publics, les valeurs suivantes représentatives d’une exposition sur le long terme :

  • 10 μg/m3 comme valeur cible à atteindre en 10 ans
  • 30 μg/m3 comme valeur repère pour la qualité de l’air
  • 50 μg/m3 comme valeur d’information et de recommandation

Source : Valeurs Repères d’aide à la gestion dans l’air des espaces clos – Formaldéhyde – HCSP – Octobre 2009

.

Quels liens entre concentration de formaldéhyde et renouvellement de l’air intérieur ?

Ces 10-15 dernières années, on a observé dans de nombreux pays une diminution des concentrations de formaldéhyde dans l’environnement intérieur grâce à la diminution des émissions par les matériaux utilisés en intérieur. La tendance à rendre trop étanches les structures des bâtiments dans un but d’économie d’énergie et d’amélioration de l’isolation contre le bruit extérieur et de ce fait à réduire le taux de ventilation devient un facteur ayant un effet inverse. Puisque le niveau des concentrations à l’intérieur dépend à la fois du taux d’émission des sources et du taux de ventilation, il est difficile de prévoir l’effet de toute mesure visant à réduire les niveaux de concentrations en agissant seulement sur les taux d’émissions. Il est nécessaire également d’assurer un bon renouvellement d’air intérieur afin de maintenir une concentration intérieur en formaldéhyde conforme aux recommandations sanitaires objectives.

Source : Action concertée européenne – Qualité de l’ai intérieur & son impact sur l’homme – Cost Projet 613 – Rapport N°7

.

Quel besoin de renouvellement de l’air ?

Formaldéhyde et vmc thermodynamqiue double fluxIl existe, à notre connaissance très peu d’étude expérimentale faisant le lien entre la concentration de formaldéhyde présent dans l’air intérieur des habitations et le taux de renouvellement d’air du système de ventilation de l’habitat. Le BERKELEY LAB – Université de Californie  – Lawrence Berkeley National Laboratory a publié en 2002 le résultat de mesures sites qui permettent pourtant l’établissement du graphique ci-joint..

.

Renouveler l’air et récupérer l’énergie

Cette étude indique que le taux de renouvellement d’air minimum doit être de l’ordre de 0,5 Vol/h et la tendance sera d’aller vers 0,6 Vol/h de manière permanente si on désire respecter les concentrations en formaldéhyde de l’air intérieur.

Nous insistons sur la permanence de ce renouvellement d’air. En effet, les systèmes de ventilation régulés sur l’hygrométrie (VMC Hygro) n’assurent pas la permanence de ce renouvellement d’air. L’évolution des bâtiments qui deviennent de plus en plus étanches mettra en évidence cette problématique importante d’un point de vue sanitaire.

Mais l’augmentation du renouvellement d’air entraine des déperditions thermiques évidentes, il est donc plus que nécessaire de ventiler l’habitat tout en récupérant au maximum l’énergie de cet air extrait. Le système double flux MyDATEC est donc une réponse technique cohérente à l’évolution de la qualité de l’air de l’habitat.